La Boussole De Tarik

Accéder à Redbubble


Je l’appelle Boussole, mais en réalité, il s’agit d’un traceur… Un traceur qui permettra au plus redoutable des sbires du lutin, un certain Tarik, d’entrer en scène et de souffler un vent de terreur sur l’équipe du Summer. 

Si vous souhaitez en savoir plus, lisez Les Chroniques De Balthazar – Livre Un – Peste Soit Des lutins



Accéder à Redbubble

Accéder à Redbubble

Il Castello Di Pinocchio



Accéder à Redbubble
Et Pinocchio, où croyez-vous qu’il soit allé vivre après avoir été transformé en joli petit garçon bien propret par la fée bleue ? A-t-il tenu sa promesse ? Est-il devenu un jeune homme irréprochable qui écoute les conseils avisés de son vieux Jiminy Cricket ? Son père, Gepetto, est-il parvenu à remplir sa tête de bois de jolis sentiments où la bûche que lui a gentiment refourgué le père La Cerise, sous prétexte que celle-ci lui parlait, était-elle irrémédiablement pourrie ? Pinocchio a-t-il préféré écraser Jiminy, purement et simplement, comme l’avait initialement relaté Collodi, son véritable créateur ? 

Collodi n’y allait pas par quatre chemins, d’ailleurs… Imaginez que dans un journal pour enfants, la pauvre marionnette ait subi une multitude de tortures... Pendue à un arbre dans l’un des épisodes, laissée pour morte ailleurs, battue par des garçons qui se disaient de ses amis dans un autre, jetée en prison au suivant, transformée en âne puis jetée à nouveau, mais cette fois-ci à la mer et... Bouffée par un requin et non pas par une baleine. 

Alors, après cela, Pinocchio aura-t-il préféré s’acoquiner au renard et au chat, et ignorer les conseils de son père, allant même jusqu’à le désavouer ? Sera-il devenu un prince machiavélique ? Ou pire encore, un politicien ? 

Si Disney avait bien un avantage sur Pinocchio lorsqu’il racontait une histoire, c’est que chez lui, son nez ne s’allongeait pas lorsqu’il modifier les faits… Et si Disney avait bien un point commun avec Collodi, c’est certainement une possible et abusive consommation d’une fée verte plutôt que bleue… 

J’dis ça, j’dis rien ! Mais qu’on ne vienne plus me dire que mes histoires à moi sont complètement barrées ! 

Qu’importe, après tout, à chacun son Pinocchio. 

Le mien a renoncé au monde des humains, décliné l’offre de la fée bleue. Il est resté de bois face à ses multiples avances et a grandi auprès de Gepetto, entouré de quelques bons amis. Ensemble, ils ont construit cet étrange château dans mon pays des songes, Il Castello Di Pinocchio ! Il flotte dans ma mémoire et y recueille tous mes mensonges… S’accrochent à ses parois deux chênes auxquels sont suspendues quelques cordes qui ne mènent à nul pendu et y pousse sur un petit lopin de terre, de belles plantes donnant, bien inutilement pourtant, quelques grappes d’or... Il Castello Di Pinocchio est ce coffre-fort qui renferme mes souvenirs honteux, une partie de ma mémoire jalousement gardée par le pantin de bois... Y sont enfermés mes plus vils mensonges… Et régulièrement, le nez du château, qui y accueille de biens trop rares visiteurs, s’allonge de quelques centimètres, au grand désespoir de Jiminy, et sous le sourire indulgent de l’un de mes nombreux amis imaginaires, Pinocchio ! 

Cette histoire vous surprend ? 

Attendez voir que je vous parle de mes sept nains et du tohu-bobu qu’ils sont capables de faire dans mon subconscient dès que la reine des pommes, Blanche Neige pour ne point la nommer, pointe le bout de son ravissant museau… 

De quoi terrifier Sigmund Freud !


Les Vieux Fourneaux - 1 - Ceux Qui Restent, ou lorsque Lupano & Cauuet nous rabibochent avec nos Vieux !






Résumé de l’éditeur

Pierrot, Mimile et Antoine, trois septuagénaires, amis d'enfance, ont bien compris que vieillir est le seul moyen connu de ne pas mourir. Quitte à traîner encore un peu ici-bas, ils sont bien déterminés à le faire avec style : un œil tourné vers un passé qui fout le camp, l'autre qui scrute un avenir de plus en plus incertain, un pied dans la tombe et la main sur le cœur. Une comédie sociale aux parfums de lutte des classes et de choc des générations, qui commence sur les chapeaux de roues par un road-movie vers la Toscane, au cours duquel Antoine va tenter de montrer qu'il n'y a pas d'âge pour commettre un crime passionnel. 


Mes impressions


L’idée générale, dans cette BD, c’est que l’on peut être vieux et garder une âme d’enfant, enfin plus précisément de révolutionnaire à tendance anarchique et rebelle… Imaginez ainsi ce qu’il en découle lorsque ces vieilles âmes côtoient nos générations qui peuvent leur paraître, à bien des égards, léthargiques et paresseuses.

Et pourtant, l’une des réparties les plus cinglantes de cet ouvrage, vient de la petite-fille d’Antoine, Sophie, femme au caractère bien trempé, enceinte jusqu’au cou, et qui supporte bon gré mal gré, les humeurs de ce trio hors-norme de septuagénaires...

Je la cite sans gène puisqu’elle fait office de 4ème de couverture de ce premier tome...

"Vous êtes inconséquents, rétrogrades, bigots. Vous avez sacrifié la planète, affamé le tiers-monde ! En quatre-vingts ans, vous avez fait disparaître la quasi-totalité des espèces vivantes, vous avez épuisé les ressources, bouffé tous les poissons ! Il y a cinquante milliards de poulets élevés en batterie chaque année dans le monde et les gens crèvent de faim ! Historiquement, vous… Vous êtes la pire génération de l’Histoire de l’humanité ! »

Le trait de Cauuet est léger et vif, ce qui va à merveille aux réparties acerbes de nos vieux à l’esprit vif imaginées par Lupano, et de ces jeunes qui ne se laissent pas abuser pour autant...

Un bon moment à passer qui nous rappelle qu’ils ont été jeunes avant d’être vieux et, qu’au final, il y a bien peu de différence entre Eux et Nous...

Mentions spéciales au loup en slip et aux non-voyants anarchiques ! NI YEUX, NI MAÎTRES !





Petit lot de cartes postales fort sympathique !

Si vous aimez Le Premier Monde et que vous souhaitez ramener de votre voyage chimérique une carte postale à envoyer à vos proches, à ép...

Popular Posts